E-commerce : les robots envahissent progressivement les entrepôts

E-commerce : les robots envahissent progressivement les entrepôts

La robotique gagne du terrain dans le commerce en ligne. Et ce ne sont pas les grands e-commerçants qui diront le contraire. Après Amazon, qui prône l’exploitation robotique dans l’e-commerce, les autres cybermarchands se sont aussi empressés d’avoir des robots performants pour booster leurs activités.

En effet, Amazon avait misé fort en intégrant une armée de robots manutentionnaires Kiva dans son entrepôt géant afin de faire croître sa productivité. Phil Hardin, le directeur des relations avec les investisseurs, avait déclaré qu’Amazon était « satisfait » du travail de ses 30 000 robots ! Voyant le succès que lui procurait cette technologie, il avait décidé d’augmenter le nombre de robots (qui était à la base de 15 000 jusqu’à fin 2014). 

Quid de l’e-commerce européen ?

Les autres acteurs incontournables du e-commerce ont franchi le cap, notamment le retailer britannique Ocado, le plus grand épicier en ligne, qui disposerait d’un entrepôt de plus de 32 500 m² avec plus de robots qu’Amazon, selon l’article de MIT Technology Review.

Ocado a vraiment un penchant pour la robotique ! Il l’a montré encore une fois en testant un petit camion livreur autonome de la firme Robotica dans les rues de Londres.

En France, Decathlon et Gémo ont commencé à tester l’efficacité de la robotique dans leurs entrepôts avec la technologie conçue par l’entreprise française Scallog.

Cdiscount souhaite aussi étudier une éventuelle expérimentation de la robotique dans son entrepôt et travaille déjà avec l'École des Mines de Paris et des chercheurs du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS).

Toujours dans l’Hexagone, La Redoute, la boutique de mode en ligne, s’est également lancée dans le pari de la robotisation pour atteindre trois objectifs :

  • Optimiser le temps de préparation des commandes
  • Dégager les opérateurs de la pénibilité au travail
  • Traiter les références plus rapidement pour réduire les délais de livraison.

Des robots spécialisés pour différentes missions

L’ère de l’automatisation dans l’e-commerce entraîne son lot de développements diversifiés en fonction des différents besoins des retailers.

Chaque robot possède sa propre spécificité : Pick and place, robots déménageurs, détecteurs, robots de sécurité. Les fonctionnalités sont aussi variées qu’efficaces. C’est pourquoi, ces robots novateurs fascinent tant les retailers.

À l’instar du robot déménageur Scallog qui contribue fortement au gain de productivité des entreprises. C’est en effet le robot qui va chercher les stocks en déplaçant les armoires de stockage pour les remettre au magasinier.

Olivier Rochet, fondateur et PDG de Scallog, précise « qu’aujourd’hui, les clients ont besoin de plus en plus de productivité. Avec les commandes sur internet, les demandes de réapprovisionnement…, la logistique est souvent impactée. On pense que les systèmes de robotisation sont indispensables à cette transformation des plateformes. ».

De plus, avec cette solution qui vise à « réduire les troubles musculo-squelettiques, on crée un environnement de travail vraiment ergonomique ».

Dans l’Empire du Milieu, des coursiers automates de JD.com, grand magasin en ligne du pays, ont déjà commencé à livrer des colis dans le pays. La firme chinoise projette d’augmenter le nombre de robots à plus de 100 pour cette année.

La start-up Right Hand Robotics a imaginé un concept hors pair pour solutionner les problématiques qui empêchaient les retailers d’être complètement automatisés. Grâce à sa technologie Pick and place, les robots sont capables de réaliser une tâche jusqu’à présent compliquée pour les autres robots : identifier intelligemment tous types d’items et attraper les produits en fonction de leur forme et leur taille.

A part dégager des gains en productivité, les grands du e-commerce ont aussi besoin de renforcer la sécurité de leurs entrepôts. C’est en ce sens que les robots autonomes de surveillance de TBC-France ont été conçus - pour améliorer leurs services de sécurité.

En effet, les espaces immenses des entrepôts sont difficiles à couvrir par des caméras fixes. Vous vous doutez bien que des grandes entreprises comme Amazon qui expédie plus d’un million d’articles à l’approche de Noël ne peuvent pas se permettre d’avoir un système de sécurité défaillant. Un stock aussi important nécessite donc des solutions à la pointe de la technologie pour assurer une sécurité optimale.

Les automates sont de véritables alliés pour les entreprises. Ils ne dorment pas, n’ont pas besoin de pause et ne sont pas distraits par leur cellulaire. C’est une solution qui fait d’une pierre deux coups puisqu’elle entre dans une logique d’ergonomie de travail pour les humains – qui ne peuvent pas tout détecter en temps réel.

En tout cas, au pays de l’oncle Sam, Amazon a montré une nouvelle fois ses muscles et ne compte pas baisser les bras face à ses détracteurs ! Le géant américain s’apprête à robotiser les supermarchés Whole Foods. La robotique sera son fer de lance pour augmenter la croissance des activités de Whole Foods, la chaîne de magasins qu’il a rachetée.

La percée robotique dans le secteur du e-commerce ne compte pas s’arrêter là, pas à mi-chemin en tout cas - oui, car ce n’est que le début. Cette robotisation que prônent ces géants du e-commerce permet de limiter la pénibilité du travail et de gagner en compétitivité, elle a donc de beaux jours devant elle !

L'équipe TBC-France