Appareils de sécurité : Choisir le meilleur dispositif de sécurité pour un site sensible

Appareils de sécurité : Choisir le meilleur dispositif de sécurité pour un site sensible

Les sites sensibles – industriels ou militaires – doivent être protégés, sécurisés et surveillés en permanence et ce, pour éviter et prévenir des intrusions ou autres malveillances. Pour chaque type de site, la méthode utilisée variera selon la configuration, les besoins, le budget. Aujourd’hui de nombreuses solutions sont disponibles : entre les méthodes traditionnelles des gardiens, la vidéo-surveillance et l’essor des drones et robots, le choix est large. Comment choisir le meilleur dispositif pour sécuriser un site sensible ? Tour d’horizons autour des différentes méthodes.

Les rondiers et les maîtres-chiens.

Les rondiers et les maîtres-chiens demeurent l’une des méthodes les plus classiques. Alors qu’un agent de sécurité assure la prévention et la détection de potentiel danger en effectuant des rondes, les maîtres-chiens peuvent agir vite et avec efficacité. Les chiens ont un flair très développé et peuvent détecter toute présence. Cependant, la nature humaine et celle de l’animal ont plusieurs lacunes. Par exemple, un gardien peut être fatigué et aura des moments d'inattentions, mais aussi, dans certains cas, il peut arriver qu’un gardien agisse sous certaines influences et peut même être corrompu. En cas de mauvais temps, le gardien ou le maître-chien ne pourra pas effectuer de ronde.

Les caméras de surveillance

La retransmission des images pour permettre de surveiller à distance représente un réel avantage. Elle permet de multiplier les points de surveillance en temps réel sur une grande surface et aussi de contrôler les véhicules entrants et sortants. Les images peuvent être vues, sauvegardées et détruites. Néanmoins, cette méthode est limitée si le périmètre n’est pas un espace limité et facile. Installer des caméras sur un grand périmètre adviendra à être coûteux.

Les drones aériens

Gagnant une popularité croissante, les drones aériens sont des petits avions qui n’ont pas besoin de pilote pour les diriger. Les drones sont rapides et ont une grande liberté de mouvement. Aussi, dans des cas où il faut intervenir rapidement ou pour faire des levées des doutes, les drones seront idéaux. Par contre, la taille d’un drone ne permet pas d’y embarquer assez de capteurs ce qui rend la détection autonome de personne embarquée compliquée. Mais aussi, la loi dans beaucoup de pays restreint l’utilisation de drones et un drone est plutôt bruyant, donc pas très discret pour ce genre d’intervention. De plus, les batteries actuelles sur les drones ne permettent pas une longue autonomie, ce qui réduit la durée d’action d’un drone de surveillance.

Les drones terrestres

Un drone terrestres, aussi appelé un UGV (Unmanned Groud Vehicule), est un véhicule qui opère au contact du sol et sans présence humaine à bord. La particularité de cet engin est qu’il peut opérer là où la présence humaine est impossible, contraignante ou dangereuse. Le drone terrestre est silencieux, il peut être invisible dans l’obscurité et son autonomie peut aller jusqu’à plusieurs heures. Jusqu’à présent, ce type de drone n’a pas de législation contraignante et sa plus grande plateforme permet plus de modularité. La limitation de cette solution est que sa vitesse reste réduite, il ne peut donc pas se déplacer rapidement sur n’importe quel site.

Le robot autonome JACK de TBC-France fait partie de cette catégorie de solution de surveillance. Équipé de caméras donnant une vision à 360°, de caméras infrarouges permettant une visibilité de nuit, et d’un système d’analyse d’images intelligent, il peut patrouiller de jour comme de nuit et donner l’alerte en cas d’intrusion. Qu’il neige ou qu’il vente, le robot fait ses rondes sans se fatiguer et ne s’arrête que pour recharger ses batteries.

De toutes ces méthodes, nous pouvons en déduire plusieurs points favorables ainsi que quelques lacunes. En choisissant une méthode, beaucoup de facteurs doivent être pris en considération – le périmètre du site, la législation, la formation des agents de sécurité et ainsi de suite. Ce qui est intéressant ici, c’est que les avantages des uns couvrent le désavantage des autres. Le robot s’avère être un dispositif qui intéresse fortement le marché puisqu’il répond aux challenges des autres solutions par son efficacité et sa fiabilité. Cependant, la solution idéale semble être un mélange de ces différentes méthodes afin d’assurer une sécurité optimale pour un site complexe.

Une complémentarité drone-robot

Ceci ramène à une certaine complémentarité entre un drone et un robot. La question de l’interopérabilité de ces solutions prend de l’ampleur avec l’essor des drones et robots dans le secteur de la sécurité et l’équipe TBC-France s’intéresse à cette question. Le robot autonome peut faire, durant ses rondes, de l’analyse de scène, de la détection d’intrusion, éventuellement de la lecture de plaque d’immatriculation, etc. Dès lors que le robot arrive à ses limites (terrain inadapté, par exemple un escalier, ou urgence de la situation), le drone peut efficacement prendre le relais. Dans ce cas précis, le drone ira plus rapidement repérer une anomalie et permettra une intervention plus rapide.

Comme toutes les autres méthodes de sécurité citées plus haut, la possibilité d’intégrer une solution robots-drones travaillant en complémentarité dépend largement de la configuration du site et de la nature de ses activités.

L'équipe TBC-France